• Lisa Rey

Le port généralisé du masque peut-il empêcher une deuxième vague de coronavirus ?

D'après la santé publique de la Capitale-Nationale il serait « étonnant » que la région échappe à une deuxième vague de la Covid-19 dans les prochains mois, d’autres experts pensent même qu’une seconde vague est “inévitable”.


En effet, le Dr Evans dit qu’à mesure que les régions et gouvernements assouplissent les règles de confinement « la seconde vague est inévitable ». Le déconfinement progressif mène la population Canadienne à se regrouper dans de nombreux espaces publics.


« Si les gens commencent à se rassembler autour de feux de camp et dans les parcs, puis que de grands groupes de golfeurs se réunissent, ça pourrait faciliter la transmission », soutient le Dr Evans. 

En Corée du Sud, où les boîtes de nuit et les bars ont rouvert, nous avons pu observer le nombre de personnes infectées mais également la vitesse à laquelle le virus gagne du terrain suite au déconfinement de la population.

Les bars demeurent fermés au Canada, mais « ce que nous avons vu en Corée peut donner une idée de ce qui pourrait arriver ici », lance le Dr Evans.


Toutefois, selon une étude menée par des scientifiques des universités britanniques de Cambridge et de Greenwich le port généralisé du masque pourrait empêcher une seconde vague de coronavirus.

En effet, cette étude suggère que les mesures de confinement ne suffiront pas à arrêter la résurgence du coronavirus SRAS-CoV-2, mais que même les masques faits maison peuvent réduire considérablement les taux de transmission si un nombre suffisant de personnes les portent en public. 


Le port du masque à l’échelle de la population pourrait faire baisser la transmission du coronavirus à des niveaux contrôlables et prévenir de nouvelles vagues de contamination en le combinant à des mesures de confinement, selon une étude britannique publiée mercredi.


“Nos analyses soutiennent l’adoption immédiate et universelle du masque par le public”, a déclaré Richard Stutt qui a co-dirigé l’étude à Cambridge. 


Le meilleur moyen pour gérer la pandémie tout en relançant l’activité économique serait donc de combiner l’utilisation généralisée du masque avec la distanciation sociale avant le développement d’un vaccin efficace contre le COVID-19.


Les chercheurs ont évalué différents scénarios de ports de masques combinés à des périodes de confinement. L’étude a montré que porter un masque en public est deux fois plus efficace pour réduire la transmission que le fait d’en porter un après l’apparition des symptômes de la maladie. Dans tous les scénarios examinés, l’utilisation systématique d’un masque par 50% ou plus de la population a réduit la propagation du coronavirus, prévenant les futures vagues de contamination tout en permettant un confinement moins strict.