• Laurie Guinand

Les masques, nouvelle norme sociale ?


Alors que la reprise économique à Montréal est sur le point de se ressentir, la mairesse, Valérie Plante, ainsi que la directrice régionale de la santé publique de la ville, la Dre Mylène Drouin, se sont exprimées sur le port du masque.

Elles font appel à la conscience collective, expliquant que cela devait devenir une norme sociale. En effet, bien qu’utilisé seul, le masque ne suffit pas à se protéger de l’épidémie, mais il s’agit toutefois d’une protection supplémentaire.


Il peut s’avérer parfois que la distanciation sociale soit impossible, ou difficile , comme par exemple dans les commerces ou encore dans les transports en commun. Le masque joue donc un rôle important, tout comme les autres gestes barrières. Isolés, ils ne sont pas suffisants, mais ensemble, ils permettent une meilleure sécurité.

Les virus circulent en grande partie par la bouche et le nez. C’est lorsque nous portons nos mains au visage que nous risquons le plus de transmettre le virus. Le masque permet donc de limiter ces contacts (en particulier lorsque nous nous trouvons dans des lieux publics), ainsi que d’éviter de propager la contamination.

Madame Plante, ainsi que la Dre Drouin ont cependant affirmé qu’elles ne comptaient pas rendre le port d’un couvre-visage obligatoire. Elles demandent à chacun de sortir couvert d’un masque, et que cela doit devenir une habitude comme de mettre sa ceinture lorsque l’on monte dans une voiture. Il s’agit d’une question de santé publique et de sécurité pour les personnes les plus fragiles. Elles ont également expliqué qu’il n’y aurait pas de contrôle sur le port du masque, ni de contravention, car cela pourrait entrainer des effets négatifs et/ou pervers. Ceux qui seraient dans l’incapacité de s’en procurer pourraient être marginalisés ou encore pénalisés, ce qui n’est pas leur objectif.

Pourquoi est-il si important de se protéger, même en période de déconfinement ?

Il faut dans un premier temps comprendre que le virus se propage rapidement. Un simple contact lui permet de contaminer quelqu’un. Une fois une personne contaminée, il existe deux manières pour lui de se développer :

Les symptômes peuvent dans un premier temps se déclarer entre cinq et six jours, jusqu’à quatorze jours. Ils peuvent être plus ou moins graves, en fonction de chacun.

Mais, on peut être aussi ce que l’on appelle porteur sain. C’est-à-dire que l’on a été infecté par le virus, mais qu’aucun symptôme n’a été déclenché. En revanche, il est possible de le transmettre.

La plupart des personnes jeunes et en bonne santé ne risquent rien. Mais, pour les personnes plus fragiles, il s’agit d’un grand risque, car les symptômes peuvent s’aggraver.

Le déconfinement, et la réouverture des commerces, ne signifient donc pas que le virus a disparu. Simplement qu’il a diminué. Afin d’éviter une seconde vague, il est donc important d'appliquer les gestes barrières, et ainsi de porter un masque en public.

L’important est de se protéger soi-même, mais encore plus les personnes fragiles.


C’est donc pour toutes ces raisons que Pizi Masques s’est lancé dans la production de masques. Retrouvez donc nos masques sur notre site, avec notre première collection emoji !