• Lisa Rey

Contacts "non protégés" : la courbe d’infections remonte à son sommet

Le coronavirus a changé nos habitudes de vie ces derniers mois avec dans un premier temps le confinement qui a obligé les citoyens à rester à la maison le plus possible, puis avec le déconfinement et son lot de gestes barrières. En effet, depuis plusieurs semaines nous avons dû nous adapter en respectant les règles de distanciation sociale, en nous lavant les mains régulièrement et en portant un masque dans les lieux où la distanciation sociale n’est pas possible. Selon l’étude de l’INSPQ, les Québécois ont fortement adhéré aux mesures de distanciation physique depuis le début de la pandémie.

Impact des gestes barrières : distanciation sociale, lavage de mains, port du masque pendant l'été

Cette étude prouve donc une solidarité citoyenne mais l’INSPQ précise que la situation reste fragile. En effet, si chaque Québécois entre en contact« non protégé » avec huit ou neuf personnes différentes chaque jour au cours de l’été pour que la courbe d’infections retourne à son sommet d’avril, démontre une modélisation publiée par l’INSPQ.


Les masques jouent un rôle important



Masque réutilisable et lavable Pizi

Les gestes barrières ont joués un rôle important dans la modifications de nos contacts mais l’étude souligne que le port du masque est une des mesures qui a joué un rôle important. Le masque est devenu un accessoire courant surtout depuis le mois d’avril et particulièrement à Montréal.

« Ça correspond avec le moment où les cas incidents ont diminué et où on a repris le contrôle dans les CHSLD »

souligne le responsable de l’étude, le Dr Marc Brisson. 


Toutefois, les chiffres de cette étude restent fragiles surtout en période de déconfinement. La population québécoise sort de plus en plus surtout en cette période estivale ou les sorties en extérieur sont de mise. Les contacts sociaux, sans distanciation physique et sans masque augmentent donc également.

« C’est très anecdotique, mais on le voit dans les centres commerciaux, dans les épiceries, c’est de plus en plus difficile de garder les 2 mètres de distance »

note l’épidémiologiste de l’Université de Montréal Benoît Mâsse, qui a collaboré à l’étude.


L’INSPQ a également créé des projections dans le cas où les mesures de distanciation sociale seraient moins respectée : ainsi le nombre de contacts non protégés augmenterait de six à neuf par jour. Cela provoquerait « une augmentation des infections au courant de l’été, et une accélération au mois d’août, explique M. Brisson. La tendance irait alors vers un nombre de cas infectieux à peu près pareil à ce qu’on a vu en avril ». Dans le cas inverse : si les citoyens continuaient à adhérer de manière stricte aux gestes barrières tel que les 2 mètres, de porter le masque dans les endroits publics et de limiter entre 3 et 6 les contacts par jour, cela permettrait de maintenir la baisse de la courbe. Le masque est un élément principale pour cette démarche et pourrait même faire éviter une seconde vague


Selon les épidémiologistes il sera difficile de constater les réels effets du déconfinement avant la fin du mois du juillet ou du début du mois d'août. Il ajoute qu’il a fallu par exemple à l’Europe quatre ou cinq semaines dans leur déconfinement pour voir apparaître des éclosions localisées.


L’été a de bons comme de mauvais côtés pour cette période déterminante de l’évolution de la pandémie du coronavirus.En effet, la période estivale est accompagnée de nombreuses fêtes tel que la Saint-Jean et la fête du Canada, qui génèrent beaucoup d’événements sociaux. De plus, l’été est propice à de nombreuses sortie en éxterieurs tel que dans les parcs. Néanmoins, les Québécois ont en général moins de contacts en été puisqu’ils prennent moins régulièrement les transports en commun ou sont moins présent au bureau.


Acheter son masque réutilisable à Montréal


La courbe reste pour le moment très fragile et nous constatons qu'il faut continuer à appliques la distanciation et surtout le port du masque. Nous pourrons réussir à vaincre le coronavirus seulement si nous agissons tous ensemble ! Choisir un masque réutilisable c'est ne pas consommer de masques jetables plusieurs fois par jour.

Pizi Masques propose un service de ramassage pour acheter son masque à Montréal en 24H. De plus, nous proposons des masques en livraison rapide et une expédition garantie sous 24H également.


Acheter masque Montréal : ici